Peut-on travailler la réminiscence à travers la réalité virtuelle ?

Actualizado: 26 de nov de 2019

La mémoire est l'une des fonctions cognitives les plus importantes[1]. C'est un processus cognitif et un mécanisme d'adaptabilité à l'environnement, car il aide l'être humain à se souvenir d'expériences ou d'apprentissages qui facilitent son interaction avec l'environnement[2].


Étant donné sa longue distribution neuronale, la mémoire épisodique est extrêmement vulnérable, et sa détérioration est le premier et principal risque de la maladie d'Alzheimer, pouvant engendrer d'autres maladies telles que Huntington, Parkinson, et des troubles psychiatriques comme la schizophrénie, la dépression et les troubles dissociatifs[1].


D'autre part, la mémoire autobiographique est une composante essentielle de la mémoire, et est un processus très important à prendre en compte dans la thérapie par réminiscence. Cette thérapie consiste à évoquer le passé de la personne, en discutant de ses activités passées, ses expériences et interactions avec d'autres personnes... Cette thérapie se déroule habituellement à l'aide de photographies ou d'autres objets familiers[3], tels que des photographies personnelles, musique ou sons familiers, éléments de leur profession, etc. [4].


Afin d’accéder correctement à la mémoire autobiographique, il est nécessaire d’être capable et prêt à affronter différents problèmes basés sur des expériences antérieures, car si la mémoire autobiographique permet de rappeler à la fois des événements positifs, elle peut faire resurgir des éléments conflictuels. Travailler cette mémoire permet également d’affronter des situations stressantes de façon plus sereine, et favorise un vieillissement plus sain, plus satisfaisant et plus résistant[5].


De même, le renforcement de la mémoire autobiographique est également lié au maintien de l'identité, à celui des relations sociales, à un sentiment de croissance personnelle, ainsi qu'à un fort sentiment d'autonomie[2,5].



Pour cette raison, le besoin de thérapies de réminiscence chez les personnes âgées semble nécessaire, réalité virtuelle est-elle une solution?


La réalité virtuelle permet de les immerger dans le lieu qu’ils visualisent, facilitant l'accès aux souvenirs[6], ce qui permet de les reconnecter avec leur histoire, et ainsi préserver et renforcer leurs identités personnelles.


Cette expérience virtuelle s'est avérée particulièrement utile pour travailler la réminiscence, tout en augmentant en même temps les émotions positives des utilisateurs[7].

La réalité virtuelle leur permet de remonter le temps en les reconduisant vers les villes de leur enfance, revivre des emplois, retourner dans des parcs et des montagnes où ils avaient l'habitude d'aller. Cette expérience les aide à se souvenir de ces lieux et des anecdotes qu'ils ont vécues, tout en stimulant l'interaction et la communication des souvenirs entre utilisateurs.


Les lunettes de réalité virtuelle sont donc un outil efficace pour la thérapie de réminiscence, tant pour les utilisateurs grâce à l'immersion qu'elles offrent, que pour les thérapeutes.


Références


1. Plancher, G., Piolino, P. (2017). Virtual reality for assessment of episodic memory in normal and pathological aging. Researchgate: 237-262.

2. Collazos, C.A. (2017). Memoria autobiográfica en un grupo de adultos mayores institucionalizados y no instituicionalizados de Cali, Colombia. Pontificia Universidad Javeriana Cali: Facultad de humanidades y ciencias sociales.

3. Chapoulie, E., Guerchouche, R., Petit, P.D., Chaurasia, G., Robert, P., Drettakis, G. (2014). Reminiscence therapy using image-based rendering in VR. IEEE Virtual reality: 45-50

4. Arroyo-Anlló, E., Poveda, J., Chamorro, J. (2012). Técnicas de rehabilitación neuropsicológica en demencias: hacia la ciber-rehabilitación neuropsicológica. Pensamiento psicológico 10(1): 17-127.

5. Redondo, R. (2017). Memoria autobiográfica, cambios cognitivos y regulación emocional en el envejecimiento: estudio comparativo entre personas sanas y con patología neurodegenerativa. Fundación Dialnet.

6. Benoit, M., Guerchouche, R., Petit, P.D., Chapoulie, E., Manera, V., Chaurasia, G., Drettakis, G., Robert, P. (2015). Is it possible to use highly realistic virtual reality in the elderly? A feasibility study with image-based rendering. Neuropsychiatric disease and treatment 11: 557-563. doi: https://dx.doi.org/10.2147/NDT.S73179

7. Guillén, V., Botella, V., Baños, R. (2017). Psicología clínica positiva y tecnologías positivas. Papeles del psicólogo 38(1): 19-25. doi: https://doi.org/10.23923/pap.psicol2017.2817