Maladie d'Alzheimer

À l'occasion de la Journée internationale de la maladie d'Alzheimer, nous vous donnons des réponses à certaines des questions les plus courantes sur cette maladie.


Qu'est-ce que c'est?


La maladie d'Alzheimer est une maladie neurodégénérative[1] qui se caractérise par la présence d'une détérioration cognitive et comportementale de l'apparition insidieuse et de l'évolution progressive à l'âge adulte[2]. Autrement dit, les neurones d'une personne atteinte de la maladie d'Alzheimer dégénèrent ou meurent progressivement, ce qui entraîne des problèmes cognitifs et/ou moteurs.



Quelles en sont les conséquences ?


L'un de ses premiers symptômes est un déficit de mémoire. En général, le patient s'aggrave progressivement, présentant d'autres déficits cognitifs tels que : apraxie (incapacité à s'habiller), aphasie (incapacité à produire/comprendre le langage), désorientation et incapacité à raisonner, entraînant une détérioration de l'individu dans tous ses sens[3,4,5].


Comment traite-t-on la maladie ?


Il n'existe actuellement aucun remède contre la maladie d'Alzheimer ; cependant, grâce aux médicaments, à la stimulation cognitive et au counseling familial[6], on tente de ralentir la progression de la maladie, d'améliorer les problèmes de comportement, la confusion et l'agitation, de modifier l'environnement familial et de soutenir les membres de la famille et entourage[3].


Pour les thérapies non pharmacologiques, il a été démontré qu'une combinaison d'exercices cognitifs et d'exercices pratiques améliore les fonctions cognitives et l'état fonctionnel chez les personnes âgées[7].


Il a été démontré que les interventions fondées sur le soutien et la formation des aidants retardent l'institutionnalisation de la personne atteinte de la maladie d'Alzheimer[8].


Quelles sont les prédispositions à la maladie d'Alzheimer ?


L'âge est actuellement le principal marqueur de risque de la maladie, de sorte que la prévalence de la maladie double tous les 5 ans à partir de 60 ans, passant de 1% entre 60 et 65 ans, à 4,3% à 75 ans, à 28,5% à 90 ans[4].


Bien que le facteur de risque le plus important soit le vieillissement, le deuxième facteur de risque est l'antécédent familial concernant la maladie. Environ 40 % des personnes atteintes ont des antécédents familiaux de maladie d'Alzheimer[9].


D'autre part, la maladie d'Alzheimer est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes, bien que cela puisse probablement être dû à une espérance de vie plus longue chez les femmes[4].


De même, il y a eu une augmentation de cette maladie chez les personnes moins instruites[4].

Que puis-je faire pour l'éviter ?


Manger sainement

L'apport en antioxydants semble être neuroprotecteur et peut atténuer le déclin cognitif lié à l'âge, tout comme la consommation hebdomadaire de poisson et d'autres sources alimentaires d'acides gras oméga-3[4,10,11].

Il a été démontré que dans les pays où l'apport calorique quotidien est faible, l'incidence de la maladie d'Alzheimer est plus faible que dans ceux où cet apport est plus élevé[4].

Exercice physique

L'activité physique a fait l'objet de multiples études observationnelles qui ont démontré un effet protecteur : il permet de retarder l’apparition de la maladie, et permet le ralentissant sa progression[12,13].

L'utilisation d'une bicyclette stationnaire ou d'une marche d'au moins 20 minutes par jour a permis d'améliorer les fonctions cérébrales[14].


Stimulation cognitive

De nombreuses études montrent que la stimulation cognitive ralentit la progression des troubles cognitifs chez les personnes âgées[15].

Ce type d'intervention ralenti la dégénérescence cérébrale et réduit les troubles comportementaux chez les patients atteints, améliorant ainsi leur qualité de vie et celle de leurs familles[16].




Références

1. Rodriguez, J. & Hernández, M. (2002). Actualización sobre la enfermedad de Alzheimer. Revista Cubana de Medicina General Integral, 18(4): 264-269.

2. Valls-Pedret, C., Molinuevo, J.L., Rami, L. (2010). Diagnostico precoz de la Enfermedad de Alzheimer: fase prodrómica y preclínica. Revista de Neurología, 51(8): 471-480.

3. Romano, M.F., Nissen, M.D., Del Huerto, N.M. & Parquet, C.A. (2007). Enfermedad de Alzheimer. Revista de Posgrado de la Vla Cátedra de Medicina, 175: 9-12.

4. Barranco-Quintana, J.L., Allam, M.F., Del Castillo, A.S., Navajas, R.F.C. (2005). Factores de riesgo de la enfermedad de Alzheimer. Revista de Neurología, 40(10): 613-618.

5. Algado, M.T., Basterra, A. & Garrigós, J.I. (1996). Envejecimiento y enfermedad de Alzheimer. Reis, 81-103.

6. Donoso, A. (2003). La enfermedad de Alzheimer. Revista chilena de neuro-psiquiatria, 41(2): 13-22.

7. Matilla-Mora, R., Martínez-Piédrola, R.M., Fernandez, J. (2016). Eficacia de la terapia ocupacional y otras terapias no farmacológicas en el deterioro cognitivo y la enfermedad de Alzheimer. Revista Española de Geriatría y Gerontología, 51(6): 349-356.

8. Olazarán, J., Reisberg, B., Clare, L., Cruz, I., Peña-Casanova, J., Del Ser, T., Woods, B., Beck, C., Auer, S., Lai, C., Spector, A., Fazio, S., Bond, J., Kivipelto, M., Brodaty, H., Rojo, J.M., Collins, H., Teri, L., Mittelman, M., Orrell, M., Feldman, H.H., Muñiz, R. (2010). Eficacia d elas terapias no farmacológicas en la Enfermedad de Alzheimer: una revisión sistemática. Dementia and Geriatric Cognitive Disorders, 30(2): 161-178.

9. Setó-Salvia, N., Clarimón, J. (2010). Genética en la enfermedad de Alzheimer. Revista de Neurología, 50(6): 360-364.

10. Lanyau, Y. (2009). La dieta en la enfermedad de Alzheimer. Revista Cubana de Salud Pública, 35(4): 55-64.

11. Herman, H., Alanís-Garza, J.A., Estrada, M.F., Mureyko, L.L., Alarcón, D.A., Ixtepan, L. (2015). Nutrición que previene el estrés oxidativo causante del Alzheimer. Prevención del Alzheimer. Gaceta médica de México, 151: 245-251.

12. Toledo, J. (2011). Epidemiología descriptiva y analítica de la Enfermedad de Alzheimer. Revista Alzheimer, 47: 16-23.

13. Franco-Martín, M., Parra-Vidales, E., González-Palau, F., Bernate-Navarro, M., Solis, A. (2013). Influencia del ejercicio físico en la prevención del deterioro cognitivo en las personas mayores: revisión sistemática. Revista de Neurología, 56(11): 545-554.

14. Nascimento, C.M.C., Varela, S., Ayan, C., Cancela, J.M. (2016). Efectos del ejercicio físico y pautas básicas para su prescripción en la enfermedad de Alzheimer. Revista Andaluza de Medicina del Deporte, 9(1): 32-40.

15. Olivera-Pueyo, J., Pelegrín-Valero, C. (2015). Prevención y tratamiento del deterioro cognitivo leve. Psicogeriatria, 5(2): 45-55.